LES MIRACLES MATHEMATIQUES DE DIEU
DANS LE CORAN

LES CALCULS NUMEROLOGIQUES DANS LE CORAN (ABJAD)

Chaque lettre de l'alphabet arabe a une valeur numérique. En d'autres mots, en arabe chaque lettre correspond à un chiffre. Un certain nombre de calculs peut être fait en partant de ce postulat. On les appelle calculs (abjad) numérologiques ou hisaab al-joummal.253 Les musulmans ont tiré avantage de ce principe de correspondance entre lettre et chiffre pour l'appliquer dans des domaines variés. Ilm al-jafr est l'un de ces domaines.

Jafr est une science consistant à prédire des événements futurs. L'une des méthodes utilisées par les personnes qui se sont engagées dans cette voie est de comparer les formes symboliques et les valeurs numérologiques des lettres. La principale différence entre "abjad" et "jafr" est que la première se réfère à ce qui a déjà eu lieu et la dernière à ce qui va probablement se passer dans le futur.254

Cette méthode de calcul est une forme d'écriture usitée depuis des siècles et qui était largement répandue avant la révélation du Coran. Tout ce qui se passait dans l'histoire des Arabes était écrit en attribuant des valeurs numériques aux lettres, mémorisant ainsi le moindre événement. Ces dates étaient obtenues en additionnant la valeur numérique particulière de chaque lettre.

Lorsque certains versets du Coran sont examinés à la lumière de la méthode "abjad", nous réalisons que certaines dates émergent en conformité avec la signification de ces versets. Lorsque nous constatons que les événements auxquels se réfèrent ces versets se sont effectivement produits aux dates obtenues par cette méthode, nous comprenons que c'est une indication secrète au sujet de ces évènements contenus dans ces versets. (Dieu sait mieux)

L'atterrissage sur la Lune en 1969 est indiqué dans le Coran.

L'Heure est proche et la Lune s'est fendue. (Coran, 54 : 1)

Le mot arabe inchaqqa (se fendre) utilisé dans le verset ci-dessus, dérive du verbe chaqqa signifiant également "pousser, labourer ou creuser la terre" :

C'est Nous qui versons l'eau abondante, puis Nous fendons la terre par fissures, et y faisons pousser grains, vignobles et légumes, oliviers et palmiers, jardins touffus, fruits et herbages. (Coran, 80 : 25-31)

Comme nous pouvons le voir, le mot chaqqa du verset ci-dessus n'est pas utilisé dans le sens de "diviser en deux" mais plutôt dans celui de "fendre le sol, récolter divers produits agricoles". Pris dans ce sens, le mot chaqqa extrait du verset "la Lune s'est fendue" (Coran, 54 : 1) pourrait également renvoyer à l' "atterrissage" sur la Lune (alunissage) de 1969 et aux études accomplies sur le sol lunaire. (Dieu sait mieux) En réalité, une autre indication très importante y figure : certaines des valeurs abjad de quelques mots contenus dans ce verset pointent vers le chiffre 1969.

Un point important dans cette méthode de calcul doit être souligné. Il s'agit de la possibilité de produire un grand nombre de chiffres ou bien des chiffres sans rapport avec le sujet. Malgré la faible probabilité qu'un chiffre approprié en ressort, il reste frappant que ce chiffre improbable en résulte.

L'Heure (est proche) et la Lune s'est fendue. (Coran, 54 : 1)

Sans inclure les mots "est proche" dans le comptage, le résultat est comme suit :

Calendrier hijri : 1390 (Calendrier grégorien : 1969)

En 1969, les astronautes américains ont effectué des recherches sur la Lune, ont creusé et fendu le sol avec différents outils, et rapportèrent des spécimens de roches lunaires.

Toutefois, nous devons préciser que le fendage de la Lune constitue, bien entendu, l'un des miracles offert par Dieu à notre Prophète (pbsl). Ce miracle est ainsi révélé dans un hadith :

Les habitants de la Mecque demandèrent au Messager de Dieu (pbsl) de leur montrer un miracle. Alors il leur montra la Lune fendue en deux parties au milieu desquelles ils aperçurent la montagne de Hiram. (Sahih Boukhari)

Le miracle ci-dessus mentionné est celui du fendage de la Lune révélée dans le verset. Par ailleurs, étant donné que ce livre s'adresse à toutes les époques, on peut penser qu'il se réfère aussi à l'exploration de la Lune faite à notre propre époque. (Dieu sait mieux)

253. Ismail Yakit, Turk-Islam Kulturunde Ebced Hesabi ve Tarih Dusurme, p. 36.
254. Ibid., 56.