LES MIRACLES HISTORIQUES DU CORAN

LES CITES DE SODOME ET GOMORRHE

Le Prophète Loth (psl) a été un contemporain du Prophète Abraham (psl). Il a été envoyé comme messager à l'une des communautés vivant non loin du peuple d'Abraham (psl). Au sein de cette communauté, comme nous le dit le Coran, régnait une perversion inconnue au monde jusqu'alors, à savoir l'homosexualité. Lorsque Loth les exhorta à abandonner ce type de pratique déviante, et leur délivra le message de Dieu, ils le rejetèrent. Ils refusèrent de souscrire à sa prophétie et s'obstinèrent à continuer dans la même voie. En conséquence, ils furent éradiqués de la surface de la terre par Dieu, qui fit s'abattre sur eux un terrible désastre.

Et [souviens-toi de] Loth lorsqu'il dit à son peuple : "Commettez-vous des turpitudes que nul à travers les mondes n'a commises avant vous ? Vous copulez avec des hommes en renonçant aux femmes pour assouvir vos appétits ! Vous êtes un peuple livré à ses excès." ... Nous fîmes pleuvoir sur eux des pierres : considère quelle fut la fin des criminels ! (Coran, 7 : 80-84)

Nous allons faire s'abattre sur cette cité un châtiment venu du ciel pour prix de leur perversion. Et nous en laissâmes une trace [litt.: un signe] évidente à l'intention de ceux qui sont en mesure de réfléchir. (Coran, 29 : 34-35)


Une photographie de la Mer Morte

La cité où vivait le Prophète Loth (psl) et qui fut détruite est désignée par Sodome dans l'Ancien Testament. Située au Nord de la Mer Rouge, cette communauté fut détruite de la façon dont la décrit le Coran. Des études archéologiques révèlent que la cité est plus précisément située près de la Mer Morte, à la frontière israélo-jordanienne actuelle. Selon les scientifiques, la zone est couverte de grands dépôts de soufre. C'est pourquoi, aucune forme de vie animale ou végétale n'y existe et elle est considérée comme un symbole de destruction.

Le soufre est un élément qui apparaît suite à une éruption volcanique. En effet, il existe dans le Coran des preuves explicites quant aux méthodes de destruction employées, à savoir un tremblement de terre et une éruption volcanique. L'archéologue allemand Werner Keller déclare ceci à propos de cette région :

La Vallée de Siddim, incluant Sodome et Gomorrhe, située le long de cette grande fissure, a un jour brutalement plongé dans l'abysse. Leur destruction survint suite à un grand tremblement de terre, probablement accompagné d'explosions, d'éclairs, de fuites de gaz naturel et d'incendies généralisés… L'affaissement en question a libéré des forces volcaniques qui jusqu'alors avaient été maintenues en dormance tout le long de la fracture. Dans la haute vallée jordanienne, près de Bashan, il existe encore d'énormes cratères de volcans éteints ; de grandes coulées de lave ainsi que d'épaisses couches de basalte ont été déposées à la surface du calcaire.243

Ces couches de lave et de basalte constituent la preuve la plus importante de la survenue d'une explosion volcanique et d'un tremblement de terre. Dans tous les cas, le Lac de Loth, connu aussi sous le nom de Mer Morte, se situe au-dessus d'une zone à activité sismique, en d'autres mots, une zone sismique.

Le lit de la Mer Morte est situé sur une dépression tectonique - la Vallée du Rift - qui s'étend sur 300 km depuis la mer de Galilée [Bahr Tabariyeh] au nord jusqu'au Wadi Arabah au sud.244

L'aspect mécanique du désastre ayant frappé le peuple de Loth a été révélé par les recherches des géologues. Ces derniers ont montré que le tremblement de terre qui détruisit le peuple de Loth a été la conséquence de la présence d'une faille continentale très longue. Le fleuve Jourdain connaît un dénivelé de 180 m dans sa course de 190 km. Cette information ajoutée au fait que le Lac de Loth est situé à 400 m en dessous du niveau de la mer, montrent bien qu'un événement géologique majeur s'est produit dans cette zone.

La structure intéressante du Jourdain et de la Mer Morte ne correspond qu'à une petite partie de la fracture qui passe par cette région. La ligne de faille suit le prolongement de la grande dépression qui part des Monts Taurus, s'étend jusqu'à la rive méridionale du Lac de Loth et continue ensuite à travers le désert de l'Arabie jusqu'au Golfe d'Aqaba, avant de franchir la Mer Rouge et se terminer en Afrique. Toutes les régions situées le long de cette ligne ont été le théâtre d'une forte activité volcanique. De la lave et du basalte noirs existent sur les hauteurs de Galilée en Israël, sur les plaines de Jordanie situées en altitude, dans le golfe d'Aqaba et dans d'autres régions aux alentours.

Tous ces vestiges et les caractéristiques géographiques indiquent qu'un événement géologique majeur a eu lieu dans la Mer Morte.

La revue National Geographic fait le commentaire suivant dans son numéro de décembre 1957 :

Le Mont de Sodome, vaste étendue aride, se dresse de façon abrupte au-dessus de la Mer Morte. Personne n'a jamais trouvé les cités détruites de Sodome et Gomorrhe, mais les spécialistes pensent qu'elles se trouvaient dans la Vallée de Siddim, en face de ces falaises. Il est possible que des crues de la Mer Morte les aient englouties suite à un tremblement de terre.245


La photographie ci-dessus montre l'ancienne zone d'habitation autour du volcan du Mont Vésuve. Il est clair, d'après ce qu'il reste de cette région, que les Pompéiens vivaient là dans le luxe et la prospérité.
Au milieu, ce corps pétrifié témoigne du cataclysme qui frappa le peuple de Pompéi.

L'une des informations dont on dispose sur ces cités détruites porte sur leur emplacement - comme le révèle le Coran dans la sourate al-Hijr, verset 76 - le long d'une ligne principale. Les géographes ont montré que cette région est située sur une ligne allant vers le Sud-Est de la Mer Morte, s'étendant de la Péninsule Arabe à la Syrie et à l'Egypte. (Voir Les nations disparues, 2ème éd., Harun Yahya, Editions Essalam, Paris, 2003)

Et Nous renversâmes [la ville] de fond en comble et fîmes pleuvoir sur eux des pierres d'argile dure. Voilà vraiment des preuves, pour ceux qui savent observer ! Elle (cette ville) se trouvait sur un chemin connu de tous [entre Makkah et la Syrie à la place actuelle de la mer morte]. (Coran, 15 : 74-77)

243. Keller, Und die Bibel hat doch recht, pp. 75-76.
244. "Le Monde de la Bible" , Archeologie et Histoire, juillet-août 1993.
245. G. Ernest Wright, "Bringing Old Testament Times to Life", National Geographic no. 112, décembre 1957, p. 883.